Leçon N° 1 : ÊTRE PARISIEN(NE) À PIED

Publié le par Les Parisiens.net





L'autochtone de la Ville Lumière a de la chance : il dispose en effet d'une flopée de moyens de transport pour se déplacer. Voiture, scooter, vélo, moto, taxi, bus, métro, tram, RER ... Nous les aborderons tous avec grand soin, mais commençons donc par le plus important d'entre eux : les pieds.


LA MARCHE DU PARISIEN : UNE DÉCLARATION D'AMOUR

Règle N°1 : Tout(e) Parisien(ne) qui se respecte adore se balader à pied dans sa ville mythique. Du moins, c'est que vous devez absolument prétendre pour devenir l'un d'entre eux.

En effet, le vrai parigot se doit de déclamer régulièrement qu'il "aime profondément arpenter les rues de Paris", de préférence la nuit ("C'est tellement beau, je ne m'en lasse pas, surtout les ponts"), de préférence des heures ("Hier ? Oh, je me suis simplement baladé à pied, de Montmartre à Bercy, tranquillou"), et dans des quartiers qui envoient du lourd ("Quand j'ai besoin de réfléchir, je déambule sur les quais - dans le Marais - à Belleville" - rayer la mention inutile). Air humble et pénétré à la clef.

Car aimer marcher dans Paris = aimer Paris. Or, dès cette première leçon, vous devez savoir que tout bon Parisien VÉNÈRE sa ville. Il l'idolâtre. Ou la déteste, n'en peut plus, mais "ne pourrait pas vivre ailleurs". La quintessence de ce sentiment étant une sorte de relation passionnelle, comme deux amants embrasés qui s'aiment à la folie et se déchirent. Ô Paris, ton emprise sur moi est sublime et démoniaque. Cela vous paraît étrange ? Pas du tout, c'est élémentaire. Prenez des notes, c'est très important.

Revenons à nos petons : pour devenir Parisien(ne), vous devez absolument déambuler au petit bonheur dans la capitale, et surtout le REVENDIQUER HAUT ET FORT. Peu importe si vous exagérez, voire mentez effrontément - tant que l'on ne s'en aperçoit pas. Vous pouvez par exemple proférer les phrases citées plus haut, ou d'autres de votre convenance, tant qu'elles contiennent une idée romantique de vous, nez en l'air, coeur pointé vers l'horizon, battant les pavés de votre royaume, l'écharpe flottant au vent. En gros. Vous devez chérir les promenades urbaines à n'importe quelle occasion : cafard, bonheur, besoin d'inspiration, cuite sévère, plus d'argent pour le taxi.


LE DILEMME DE LA PARISIENNE 

Attention : toute femelle expérimentée sent venir le piège ... A savoir : comment arpenter ces damnées rues pavées pendant des heures avec style, et donc, avec DES TALONS ... ?!! Question ardue, j'en conviens. Je répondrai, jeune apprentie, que si selon l'adage, il faut souffrir pour être belle, c'est de la rigolade comparée à ce qu'il faut endurer pour mériter le titre ô combien convoité de Parisienne. Alors oui, on marche en talons, hauts de préférence, et on ne montre pas sa douleur. Les semelles "Shop and Dance" ne sont pas faites pour les chiennes ; et si c'est vraiment impossible (moi-même, je l'avoue, j'ai parfois du mal), une paire de bottes cavalières ou de bonnes vieilles Converses, voire des ballerines ou des tropéziennes  l'été, feront parfaitement l'affaire pour ne pas souffrir tout en ayant un minimum style. Vous voilà soulagées.



QUELLE ATTITUDE POUR MARCHER "PARISIAN-STAÏLE" ?
C'est là que ça se corse. Nous avons mentionné l'air inspiré, mais ce n'est pas tout. Ca, c'est surtout quand, après, vous racontez aux autres vos promenades solitaires.

Mais pendant la promenade proprement dite, quelle attitude afficher pour être classé "local(e)" au premier coup d'oeil ?

Facile ! Il suffit de se composer un air préoccupé, affairé, voire légèrement hautain. Travaillez bien cet air devant la glace, car il constitue l'un de vos meilleurs passeports pour devenir parfaitement parisien, et ce, dans la plupart des situations (aller aux toilettes ou acheter du pain requiert également un air affairé et hautain, signature number one du citadin). Un regard intense et des sourcils froncés seront, en sus, du plus parfait effet.

Vous devez également, si vous êtes une fille, ne rater aucune occasion de vous regarder dans la glace (vitrines, miroirs, portes en verre, voitures sombres, lunettes de vieille dame ...), discrètement mais sûrement.

Enfin, hommes comme femmes, tout est dans la cadence : un rythme de 7 km/h est acceptable; au delà, c'est merveilleux, en deçà, c'est un peu léger, mais vous progresserez. N'oubliez pas de bien claquer des talons. Une clope à la main est un accessoire bienvenu (souvent, malgré les interdictions de plus en plus drastiques, le Parisien fume, afin de s'assurer un certain style).

Enfin et surtout, ayez l'air fort mécontent quand quelqu'un vous ralentit (couple avec poussette, laisse de chien tendue en travers du trottoir, pauvre vieillard infirme ... toutes ces anomalies qui devraient être interdits de cité). N'hésitez pas à manifester votre agacement en soupirant bruyamment - mais pas d'insulte, ce serait vulgaire.


Voilà, vous êtes fin(e) prêt(e) pour votre première ballade parisienne !


Bonne promenade parmi les klaxons et les étrons de canidés, et à bientôt pour nos prochaines leçons : 

-  Être Parisien(ne) en voiture
-  Être Parisien(ne) en scooter
-  Être Parisien(ne) en vélo
-  Être Parisien(ne) en RATP
-  Être Parisien(ne) en taxi

Commenter cet article

Mado 19/10/2009 12:26


parisienne pure et dure, j'avoue avoir bien ri en lisant ton blog. J'avoue, c'est assez bien vu !
Promis, je reviendrai !!!!!