ÊTRE PARISIEN(NE) EN DEUX-ROUES

Publié le par Les Parisiens.net

683px-Vespaprimavera.jpg

 

  Sans égaler Rome, Paris est tout de même une sacrée ville à scoots et motos. Ultra pratique, méga dangereux et merveilleusement addictif, le deux-roues peut devenir l'un de vos meilleurs atouts pour être un(e) parfait(e) Parisien(ne) pur jus. Domptez-le sans attendre !  

 

De la vieille Vespa à la Triumph Daytona 675, du bébé scoot au gros MP3, de Yamaha à Piaggio en passant par Harley, notre chère Ville Lumière regorge de deux-roues motorisés qui s'agitent et bourdonnent gaiement telles des abeilles à la ruche. Tentant, ce mode de déplacement permet d'éviter - en partie - les classiques problèmes du conducteur de voiture : embouteillages, parkings, camion des poubelles bloquant la rue pendant une plombe ... Il permet également d'éviter la RATP (ce qui parfois, n'est pas un mal) et les taxis (ce qui n'est jamais un mal). Et donne à son propriétaire une autonomie, une liberté et un gain de temps proprement fantastiques. Certes, c'est extrêmement dangereux. Généralement, plus on a d'expérience, moins on roule vite (ou bourré). Quoiqu'il en soit, le deux-roues local, très souvent adopté par les vrais amoureux de Paris, n'a rien à voir avec son cousin des champs : apprenez donc toutes les ficelles de cet étrange animal parisien, afin de le chevaucher fièrement intra-muros.

 
 

Quel modèle choisir pour être un bon biker parisien ?


La bonne nouvelle, de ce côté-là, c'est que presque tout est possible. Avec ou sans permis voiture, avec ou sans permis moto, avec ou sans expérience, avec ou sans beau design, avec ou sans neurone, vous pouvez toujours trouver chaussure à votre roue. 

 

- Côté motos :

Bien sûr, on ne va pas se mentir, vous êtes - je vous le rappelle ! - à PARIS. Donc vous évitez les deux roues ploucs, bourrins ou en plastique jaune, un minimum d'élégance était tout de même requis. Si vous êtes un homme viril, vous adorez les belles motos qui en ont sous le capot, mais gardez une certaine sobriété (pitié, surtout pas de bike de cross aux couleurs vives, blouson en cuir bariolé et casque assortis). Les belles BMW, par exemple noir mat, sont parfaitement dans le mood de la ville. Les V-Max aussi, parce que ça fait vintage. 

 

- Côté scoots :

Si vous faites plutôt partie des Parisiens minets, rockers, écrivains, journalistes ou pubards, la bonne vieille Vespa tenant toujours le haut du pavé du style, vous pouvez choisir l'un de ses modèles les yeux fermés (rouvrez-les juste pour conduire). D'une manière générale, les 50 cm3 sont à éviter : trop petits, trop lents (et donc plus dangereux), un peu petite frappe. Sauf quand on s'appelle Arthur H (là, c'est autorisé). 

Les 125 sont beaucoup plus acceptables. Piaggio, Yamaha ou Honda étant les marques les plus sûres. À noter : actuellement dans Paris, la hypitude totale est au MP3, ce gros scoot à trois roues (les deux roues étant devant, hein, pas derrière, on n'est pas en maternelle). Très sécurisants, bien dessinés, ils permettent de faire les farauds en ne posant jamais le pied par terre, et cartonnent actuellement chez les jeunes branchés. Bon, ils coûtent un bras, mais ça c'est Paris, vous le savez bien maintenant. 

 
200px-Harley_Davidson_logo.jpg 

Où  garer son deux-roues à Paris ?


Épineux problème. Le top du top, c'est évidemment de se trouver un emplacement sur parking deux roues (très bien faits, et de plus en plus nombreux). Ce qui n'est pas facile. La municipalité fait des efforts, mais n’y a aujourd’hui que 36.000 places de stationnement pour les 110.000 deux-roues motorisés dans la ville. À une époque, on pouvait se garer sur les trottoirs pour pallier le problème (à condition de ne pas gêner le passage bien entendu), mais en 2003, la règle a changé. Du coup, le nombre de contraventions pour stationnement sur les trottoirs a augmenté de 364 % entre 2003 et 2006 ... ! Je crois y avoir beaucoup contribué.

 

Alors, quand on ne trouve pas de place sur un parking deux roues (qui sont vite plein), où se garer ? 

Vous avez le choix entre :

- Un parking perso : Si vous avez la chance d'en avoir un avec votre appart ou votre maison, c'est super. Enfin je vous dis ça ... Mon deuxième scoot s'est fait voler dans un parking souterrain privé, accessible par carte, et enfermé dans un box cadenassé. Mais je ne suis pas un bon exemple. 

- Le parking du bureau : Si vous travaillez en entreprise, n'hésitez pas à garer votre scooter dans le parking de la boite si vous le pouvez. Enfin je vous dis ça ... Moi, à part l'hiver ou quand il pleut, j'ai trop la flemme, je le laisse dehors. Mais je ne suis pas un bon exemple. 

- Le parking payant : Alors là, je dis non, je m'insurge et je crie. En bas de chez moi, il existe un parking qui propose le tarif suivant par mois : 255 € pour les voitures, 150 € pour les deux roues. Pardon mais je ne suis pas milliardaire. Mais je ne suis pas un bon exemple.

- Le trottoir : 35 €  d'amende. Les flics passent toutes les trois minutes. C'est vous qui voyez. Personnellement, je pratique assez. Mais je ne suis pas un bon exemple. 

- Les emplacements voiture : Souvent, il reste un espace suffisant entre deux voitures pour pouvoir y glisser son deux roues sans gêner leur sortie. Souvent, on a trop envie de se mettre là, parce que c'est pratique, joli, facile. Mauvaise nouvelle : en vous garant là, vous pouvez 1. Ecoper d’une amende (ça dépend des pervenches, certains vous verbalisent, d'autres non, il n'y a aucune logique), 2. Vous faire renverser votre scooter (par l'automobiliste énervé qui veut se mettre là), 3. Retrouver votre moto sur le trottoir (des automobilistes se sont dit que vous seriez mieux là). Bref, ce n'est pas une super idée. Personnellement, je le fais tout le temps. Mais je ne suis pas un bon exemple. 

 
Image-3-copie-5.png

Comment conduire « à la parisienne » en deux roues ?  

 

Un peu comme pour les automobilistes, le motard ou scoot man parisien se doit de respecter quelques règles absurdes s'il veut ressembler aux locaux. 

Et là encore, je précise :  "Prière de ne pas prendre au sérieux en tant que véritables conseils de conduite les lignes qui vont suivre, c'est de la blague et c’est dangereux."

Merci de votre compréhension, voire de votre sens de l'humour.

 

Pour "bien conduire" à Paris, vous devez absolument : 

- Vous faufiler comme une anguille entre les files de voiture, bien sûr. Même si elles sont en train de rouler. Même si certaines risquent de déboîter sans clignotant. Même si vous flippez comme un dingue.

- Prendre des sens interdits, des pistes cyclables, des trottoirs. Sinon, pourquoi rouler en deux roues ? Ah oui, les voies de bus aussi, 80 € d'amende. Ma spécialité. Surtout celui du boulevard Magenta. 

- Klaxonner autant que les voitures (il n'y pas de raison). 

- Téléphoner en conduisant (il n'y a pas de raison - bis), le portable dans le casque, bien calé contre la mâchoire, ou alors avec une oreillette filaire.  

- Devenir totalement fou quand les voitures, au lieu de vous laisser passer, font exprès de mal se positionner pour que vous aussi, vous soyez bloqués (les autos sont jalouses des deux roues). Harcelez le conducteur au klaxon pour qu'il se décale et vous laisse passer. Au besoin, explosez un ou deux rétroviseurs pour vous faire comprendre. C'est plus vivant. 

- Faire queue de poisson sur queue de poisson (pour saisir la technique, observez les coursiers). 

- Vous garer sur les trottoirs (oui, malgré les prunes. Vous êtes Parisien, vous aimez les prunes).

- Déclarer la guerre aux vélos, ces créatures du diable qui grillent tous les feux en vous toisant de haut parce que "eux, ils ne polluent pas". Certes, ils ne polluent pas, mais ils manquent de provoquer 382 accidents par jour grâce à leur façon si spéciale de respecter le code de la route. Ce sont vos ennemis. Ce sont des hyènes. Jetez leur des regards de colère aux feux rouges (ah non, pardon, ils n'y restent jamais). 

- Connaître Paris comme votre poche : vous devez pouvoir aller partout par les meilleurs chemins. Sinon vous n'êtes pas un vrai Parisien, et encore moins un vrai deux roues parisien. Ca se travaille. Idem pour les stations d'essence, surtout celles ouvertes la nuit ou le dimanche. 

- Ne jamais attacher votre deux roues. Oui, c'est risqué. Mais ça vous saoule. Et puis ça salit les mains. 

- Devenir très ami avec votre garagiste. Il va vous devenir plus essentiel encore que votre médecin. 

- Maîtriser la conduite sous pluie. Un enfer. Mais on ne va pas prendre le métro pour autant, quelle horreur.

- Sauf, à la limite, en cas de neige (ce qui arrive trois jours max par an ici), utilisez votre scoot jour et nuit, sans jamais l'abandonner. C'est votre double, votre moitié, votre tiers si on compte votre téléphone portable. Utiliser le pour aller au boulot, sortir, aller au sport, chercher le pain. 

 
Copie de Picto parking moto

Les accessoires indispensables du biker parisien  

- Un casque modulable (= pas un bol, pas un intégral, mais le modèle où la mâchoire se relève en faisant clac clac). La classe ultime. 

- Pas de pare-brise (on ne voit rien dès qu'il pleut - c'est à dire tout le temps - et dès qu'il fait nuit). Mais surtout, c'est laid. 

- Un tablier fixé  à l'avant du scooter (parce qu'il pleut tout le temps, et qu'il fait souvent froid, et que si vous êtes une fille, les robes vous laissent les gambettes à l’air). 

- Un top case de taille conséquente (même si c'est stylé de vous balader avec votre casque à la main, vous serez vite content de vous en débarrasser).

- Une paire de lunettes de soleil (certes parce que vous êtes une star, mais surtout parce qu’en en deux roues c'est indispensable).

- Un plan de Paris (ou l'appli "Maps" de l'iPhone).

- Votre carte grise + permis de conduire (les flics adorent nous arrêter, je ne sais pas pourquoi, tenez-vous prêt aux "contrôles de routine").

- Pour les filles : une paire de talons dans le top case (au cas où vous soyez à plat et que la soirée s'improvise). Idem pour du maquillage, un pull, une bouteille d'eau ... Votre scooter deviendra vite une sorte de mini résidence secondaire, d'où le top case "de taille conséquente" mentionné plus haut. 

 
 
  Bonne route les jeunes !
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

serrurier paris 17/02/2015 13:18

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Shineatown 17/12/2009 10:44


J'ai laissé mon scoot tout seul prendre la neige ce matin à contrecoeur j'ai pris le métro ... dépitée , ça doit m'arriver une fois par an ! Criant de vérité ton article , j'adore ;)


Les Parisiens.net 17/12/2009 23:49


Moi aussi il est sous la neige et j'ai envie de chialer !
:) merci