LECON N°14 : ÊTRE PARISIEN(NE) AU RESTAURANT

Publié le par Les Parisiens.net




Habiter le 75 sans aller au resto, ce serait un peu comme vivre en Guadeloupe sans boire de ti-punch : un triste gâchis. Essentiel à votre vie sociale, ce lieu de débauche gustative sera votre meilleur atout pour les soirées entre amis, rendez-vous amoureux et autres meetings boulot. Sachez donc le pratiquer avec doigté, et avec plaisir (ce qui est loin d'être incompatible, quand on y pense).



Ils ouvrent, ils ferment, ils changent, ils font des petits, ils font faillite ... A Paris, des milliers de restaurants font la ronde en vous tendant les bras, et ça, c'est un des vrais grands plaisirs de la Ville. L'auteur de ces lignes pense régulièrement à planter sa tente dans certains bistrots, voire à en épouser le chef. Et beaucoup de Parisiens sont d'accord pour dire que plus que le clubbing ou le shopping, le restauranting est THE activité locale par excellence.

Du bouiboui pas cher au douze étoiles chicos, du Corse au Japonais en passant par l'Italien, le Marocain, le Savoyard ou le Bio-Super-Sain, impossible de ne pas trouver votre bonheur dans cette foire à l'assiette. Aller au resto, c'est voyager un peu, sortir du quotidien - même si, pour être un vrai Parigot, l'idéal serait que cela devienne justement votre quotidien, mais bon, tout le monde n'est pas trader.


Les Parisiens raffolent du restaurant, parce que :

1. C'est classe d'y manger

2. C'est joli (la déco est jolie, les clients sont jolis, le personnel est joli)

3. On y voit des gens

4. Des gens nous y voient

5. Ca évite de faire à manger (le Parisien n'a pas le temps de faire à manger, et la flemme de nettoyer derrière)

6. Et oui, aussi, accessoirement, c'est bon (le Parisien, à force de se faire des restos, s'y connaît un peu culinairement parlant).


Pour devenir un parfait Parisien, vous vous devez donc de sacrifier à la coutume locale et y aller le plus souvent possible. Mais attention, il ne suffit pas de bâffrer un steack dans la première gargote venue ! Découvrez la passion du resto à la mode parisienne, à l'aide de quelques règles incontournables.




◊ RÈGLE N°1 : AIMER LA "SIMPLICITÉ" 

Ne riez pas, c'est vrai. Les Parisiens vous l'affirmeront avec force enthousiasme : ils adorent la simplicité. La "bonne bouffe", voire les "produits du terroir".  Le parigot, qui mourrait d'emphysème aigü plutôt que de déménager de l'autre côté du périph, se transforme soudain en fils spirituel de Jean-Pierre Coffe et José Bové lorsqu'il s'agit de manger à l'extérieur. Les produits "vrais" n'ont aucun secret pour lui. Il ne tolère que l'extrême qualité, qu'elle soit encadrée par Noé Duchaufour ou savamment cachée sous un "simple" torchon à carreaux. Le saucisson doit venir de chez Conquet, la burrata de la Coopérative Italienne, le Mont-d'Or de chez Hervé Mons ... Il veut faire "vivre les petits producteurs" et soupire d'aise devant un "petit plat tout simple" dont le prix avoisine le salaire du serveur. Il préfère un boeuf-carottes de compèt' à la cuisine moléculaire. Il est incollable en bonne bouffe, bonnes adresses, ou du moins sait bien faire semblant grâce aux newsletters du Fooding et du Figaroscope.

Bien sûr, il raffole toujours des métissages franco-asiatiques, des choses bizarres et minuscules servies sous un nom grandiose, des expériences culinaires de l'espace, mais ce genre de faux snobismes commence à vraiment perdre du terrain. Ce qui explique peut-être que les nouveaux lieux branchés servent de la cuisine de bistrot de base avant tout, sans prendre de vrais risques. Le Parisien, pour une fois, reste Français dans son coeur.

Bon à savoir : parfois, le Parisien n'aime pas ce qu'il a dans son assiette (à juste titre : ce n'est pas bon), mais retourne quand même manger dans le restaurant. Parce que c'est un endroit ultra cool. Oui, comme le Saut du Loup* ou l'Hôtel Amour*, c'est ça, très bons exemples. Une autre facette de sa "simplicité" ...



◊ RÈGLE N°2 : PRÉFÉRER LES LIEUX "COMME A LA MAISON"

L'esprit "home sweet home", c'est un carton absolu. Particulièrement en ce moment. Car si le bon Parisien a toujours adoré les restos où l'on se sent comme chez soi, une mode géniale fait l'unanimité depuis un an ou deux : le concept "appart'". Tout a commencé du côté de la nuit, avec le Chacha* et ses pièces atypiques (salon de musique, salle de bains ...). Mais le restaurant Derrière* a fait plus fort encore. Dans cette maison-resto hypissime, on trouve un salon à rétro-projo, une table de ping-pong, un frigo, une chambre avec dressing (privatisable), et une bibliothèque-fumoir dont la porte se cache derrière une armoire normande, vieux mobilier et faux fouillis compris. Le patron, adorable, connaît tout le monde et tout le monde se connaît. Heureusement, en plus, la bouffe est bonne. Mais au fond, ce n'est qu'un détail.



◊ RÈGLE N°3 : PRIVILÉGIER LE TOUT-EN-UN

En raison de leur vie de fou à rythmes cardiaque et temporel surexcités, les Parisiens sont plutôt épuisés en fin de journée. Leur rêve, quand ils quittent le boulot, est de s'avachir dans leur canap' en tenue d'intérieur (si, les Parisiens ont des tenues d'intérieur, depuis Sacha Guitry). Mais non, il faut qu'ils sortent, c'est une question de vie ou de mort sociale. Or, une fois sortis, l'effort principal fourni, ils n'ont pas toujours le courage de passer du bar (pour l'apéro) au resto (pour le dîner) à un club (pour le début de la nuit) à un autre club (pour la fin de la nuit), comme, pourtant, la loi locale le demande expressément. Du coup, un truc qui marche très bien à Paris, c'est le bar-resto-club-fumoir, hybride parfait pour passer la soirée sans bouger - tout en restant socialement correct. C'est d'ailleurs ce qui a été le coup d'éclat du Chacha* lors de son ouverture : proposer, en plus d'un club branchouillou, une partie restaurant. C'est aussi ce qui fait, dans le sens inverse, la force du Magnifique* : plus bar et restaurant que boîte, il envoie la musique et la pénombre suffisamment fort pour qu'on le confonde avec un club dès minuit. Dans le même genre, on peut citer le Kong*, le Saut du Loup*, Bagatelle*, et tous ces autres lieux hétéroclites mixant tous les atouts possibles pour vous retenir des heures. Pratiquez-les avec assiduité, ils sont utiles et sexy, à la fois pratiques quand vous êtes fatigués et hautement validés par le comité de la hype. Précieux, donc.



◊ RÈGLE N°4 : FAIRE SEMBLANT DE NE PAS VRAIMENT AIMER LES LIEUX HYPE (mais y passer sa vie)

Bien entendu, tous ces endroits, vous y allez pour de bonnes raisons. Parce que les plats y sont délicieux, parce que vous êtes ami(e) avec le patron, parce que c'est en bas de la maison, parce que la déco vous enchante, parce que vous vous y sentez bien ... Pourtant, des esprits malveillants peuvent, parfois, vous faire remarquer avec perfidie que vous n'allez que dans des endroits branchés, uniquement parce qu'ils sont branchés. Grands dieux ... !!! (+ triple signe de croix d'indignation), c'est tellement faux ! Chacun sait que vous ne faites jamais rien "parce que c'est à la mode", quelle horreur. Ce serait tellement vulgaire. D'ailleurs, au contraire, ces lieux tendance vous fatiguent, et vous détestez l'idée de faire comme tout le monde ... Soupir. 

Pour être parfaitement Parisien(ne), veillez à le faire savoir. N'hésitez pas, à chaque fois, à glisser la bonne raison concrète qui vous a entraîné dans cet endroit, raison qui souligne d'ailleurs votre implacable et lumineuse brancherie (qu'y pouvez-vous ...!), tout en prenant l'air gentiment ennuyé. Exemples :

- "La Fidélité* ? Oh, je viens surtout pour faire plaisir à Lionel, il m'a fait promettre d'y fêter mon anniversaire ..." (Lionel étant le patron, également boss du Baron).

- "Le Chéri Bibi ? Tu sais, j'étais une des premières clientes de la Famille, ça me fait plaisir de les aider un peu en ramenant du monde."

- "Cococook* ? Bof, c'est ma petite cantine, juste en bas du bureau ... Ah bon, c'est connu ?"



◊ RÈGLE N°5 : PRATIQUER DES HORAIRES IMPOSSIBLES

Régulièrement, dans les pages lifestyle du ELLE, du Figaroscope ou autres magazines de qualité révèlant les bonnes manières locales, un article s'extasie sur le nouveau snobisme du "Dîner Tôt". On nous informe en hurlant d'excitation que désormais, pour être ultra chic, il ne faut plus dîner après 22h, mais au contraire se nourrir avec les poules. Quoiqu'il arrive, n'en croyez pas un traître mot. Ce commandement revient régulièrement dans les magazines et n'a absolument aucun fondement (un peu comme l'absurde "Sortir le samedi soir redeviendrait tendance"). Si vous arrivez avant 20h30 au restaurant, vous serez seul et les serveurs n'auront même pas fini de dresser les tables. Prolongez soit votre boulot, soit votre apéro, et dînez le plus tard possible. Oui, c'est épuisant. Mais c'est ça, ou déménager en province.



◊ RÈGLE N°6 : ÊTRE UN HABITUÉ PARTOUT

Bien entendu, cette règle va de soi. Je me demande même s'il était besoin de la préciser. Dans tous les restaurants que vous fréquenterez (que ce soit les places-to-be  ou le petit bistrot sympa en bas de chez vous), vous serez évidemment un total VIP. D'abord parce que vous les aurez connus avant tout le monde - c'est normal, vous êtes Parisien, vous connaissez tout avant tout le monde -, mais aussi parce que vous y passez votre vie. Vous serez reconnu, embrassé, placé à la bonne table, et même gratifié d'une ou deux coupes gratuites. Alors certes, vous allez me dire, comment être un habitué dans ces lieux alors que 1. Il y en a beaucoup, 2. Il n'y a que sept jours dans la semaine, et 3. Vous n'êtes pas Bill Gates financièrement parlant ? Dites-donc. Je ne veux rien entendre, jeune padawan. Je vous prémâche déjà suffisamment le travail, à vous de vous dédoubler, activer, empiffrer, agiter pour devenir copain avec tous les chefs de rangs, patrons et serveurs des meilleurs restos de Paris. C'est une épreuve de taille, mais elle est indispensable. Et je vous rappelle que vous devez subir la même côté clubs, et côté bars. Oui, vous avez du pain sur la planche. Mais qui a dit qu'être Parisien(ne) était facile ..? ! Allez, au boulot, bon courage.



Et surtout bon appétit ...!



*Pour connaître les bonnes adresses de restaurants parisiens (selon une sélection totalement personnelle, partiale et subjective), c'est ici.



Commenter cet article

Shine 09/10/2009 10:57


Que te dire à part que je vais diner au Mama Shelter, qu'on ira pas avant 22 heures et qu'avant ce sera apéro à l'hôtel du Nord ... et que tout ce que tu dis est TROP cruellement vrai !!!! bravo
pour ton blog continues c trop marrant !! j'attends la parisienne à scooter avec impatience ;-)
www.shineatown.blogspot.com